Aliments à éviter

Bon nombre des aliments décrits dans cette section sont déjà bien connus pour nuire à la santé générale. Or, un nombre croissant d'études montrent les effets directs des mauvais choix alimentaires sur la santé et les cancers.

Viande rouge (consommation élevée)

La crainte à l'égard des viandes rouges vient du fait que différents agents mutagènes (substances chimiques modifiant l'ADN) et cancérogènes (substances chimiques pouvant causer un cancer) sont produits lorsqu'elles sont cuites à température élevée ou lorsqu'elles sont digérées (dégradation des matières grasses qu’elles contiennent). Certaines études semblent indiquer que les régimes alimentaires comprenant une quantité élevée de viande rouge seraient associés à un risque accru de cancers du côlon, du rectum, de l'œsophage, de l'estomac, du pancréas, du sein, de la prostate, du rein et de l’ovaire. Les viandes rouges comprennent le bœuf, le porc, l'agneau et la chèvre.

Essayez de réduire votre consommation de viandes rouges en utilisant ces dernières uniquement pour rehausser le goût de vos mets ou simplement comme petit plat d'accompagnement plutôt que comme plat principal. Essayez également de réduire votre fréquence de consommation; par exemple, vous pourriez manger de la viande rouge seulement tous les deux repas, puis espacer graduellement jusqu'à une fois par semaine. Utilisez d'autres techniques de cuisson; par exemple, faites cuire votre viande au four, à la vapeur, en ragoût ou sous le gril, ou bien braisez-la ou pochez-la, afin de réduire la production de certains des agents mutagènes et cancérogènes dangereux.

En revanche, n'oubliez pas que les protéines constituent une part importante d'un régime alimentaire bien équilibré. En guise de remplacement pour votre apport de protéines, choisissez d'autres sources comme de la volaille, des poissons et des légumineuses.

Documentation de référence :

Kushi LH, Doyle C, McCullough M, et al. American Cancer Society Guidelines on Nutrition and Physical Activity for Cancer Prevention.
Ca Cancer J Clin. 2012;62:30–67

Viande transformée (consommation élevée)

Les inquiétudes concernant les viandes transformées proviennent des quantités élevées de nitrates et de nitrites utilisés pour préparer ou préserver les produits. Ces produits chimiques aident à prévenir la croissance des bactéries et contribuent également à la coloration rosée des viandes transformées. Certaines études donnent à penser qu'un régime alimentaire riche en viandes transformées pourrait être associé à un risque accru de cancers du côlon, du rectum, de l'œsophage, de l'estomac, du pancréas, du sein, de la prostate, du rein et de l’ovaire. Les viandes transformées contenant des quantités élevées de nitrates comprennent les saucisses fumées et autres, le jambon, le bacon et les autres charcuteries ou viandes froides.

Documentation de référence :

Saine alimentation Ontario. La vérité sur les nitrates.
Consulté le 22 mai 2014.

Kushi LH, Doyle C, McCullough M et al. American Cancer Society Guidelines on Nutrition and Physical Activity for Cancer Prevention.
Ca Cancer. J Clin. 2012;62:30–67.

Alcool (consommation élevée)

Le processus exact par lequel l'alcool contribue au risque de cancer n'est pas entièrement élucidé. Une hypothèse veut que (selon le type de cancer) l'alcool pourrait endommager les tissus corporels, accroître les effets d'autres produits chimiques nocifs, abaisser les taux de certains nutriments, altérer l'équilibre hormonal et augmenter le poids corporel (menant à l'obésité). Certaines études ont établi que la consommation élevée d'alcool constitue un facteur de risque du cancer de la bouche, du pharynx, du larynx, de l'œsophage, du foie, du côlon et du rectum et du sein et peut-être même du pancréas. Ce risque serait accru si vous fumez. Essayez de limiter votre apport quotidien d'alcool à deux consommations pour les hommes ou à une consommation pour les femmes (1 consommation = 12 onces de bière, 8 onces de liqueur de malt, 5 onces de vin ou 1,5 once de spiritueux à 80 degrés).

Documentation de référence :

Kushi LH, Doyle C, McCullough M, et al. American Cancer Society Guidelines on Nutrition and Physical Activity for Cancer Prevention.
Ca Cancer J Clin. 2012;62:30–67

National Cancer Institute. Alcohol and Cancer Risk.
Consulté le 22 mai 2014.

American Cancer Society. Alcohol Use and Cancer.
Consulté le 22 mai 2014.

Aliments à forte teneur en sucre

La consommation de grandes quantités de sucre entraîne un plus grand apport calorique mais peu de bienfaits nutritionnels, ce qui signifie un risque accru d'obésité. Bien que les quantités élevées de sucre n'augmentent pas nécessairement directement le risque de cancer, l'obésité, quant à elle, a clairement été associée à de nombreux types de cancers. Essayez de limiter ou d'éliminer votre consommation de boissons contenant du sucre ajouté (p. ex. boissons gazeuses ou fruitées), de pâtisseries et de bonbons. Lorsque vous consultez les étiquettes nutritionnelles sur les emballages des aliments, soyez attentif aux ingrédients suivants : sucre, glucose, miel, sirop de maïs, fructose, maltose et dextrose.

Documentation de référence :

Kushi LH, Doyle C, McCullough M, et al. American Cancer Society Guidelines on Nutrition and Physical Activity for Cancer Prevention.
Ca Cancer J Clin. 2012;62:30–67

Société canadienne du cancer. Sucre.
Consulté le 22 mai 2014.

Aliments à forte teneur en gras

Bien que l'apport élevé de matières grasses n'ait pas été directement lié à un risque accru de cancer, il est connu qu'un régime alimentaire riche en gras mène à l'obésité, un trouble clairement associé à de nombreux types de cancers. Évitez les aliments riches en gras saturés d'origine animale tels les viandes, le beurre et les fromages. Limitez également les gras trans que l'on retrouve dans les aliments transformés cuits dans des graisses hydrogénées, notamment les craquelins, les croustilles, les produits de boulangerie-pâtisserie et les fritures des repas-minute.

Documentation de référence :

Kushi LH, Doyle C, McCullough M, et al. American Cancer Society Guidelines on Nutrition and Physical Activity for Cancer Prevention.
Ca Cancer J Clin. 2012;62:30–67

Société canadienne du cancer. Matières grasses.
Consulté le 22 mai 2014.

Certains conseils pratiques

Il est préférable idéalement d'éliminer tous les aliments susmentionnés de votre régime alimentaire. Cependant, pour bon nombre de gens, cela est plutôt irréaliste. Voici donc certains changements à votre mode de vie que vous pouvez adopter graduellement :

  • Mangez les aliments susmentionnés de façon modérée.

  • Remplacez progressivement les aliments susmentionnés par des choix plus sains.

  • Mangez de plus petites portions.

Ces petits gestes finiront par s'intégrer à votre routine et par rendre votre mode de vie plus sain.